Connectez-vous

Se souvenir de moi

Inscrivez-vous

ans
Un mot de passe vous sera envoyé
sur votre adresse de messagerie.

Mot de passe oublié

Un nouveau mot de passe vous sera envoyé
sur votre adresse de messagerie.

Nouveau mot de passe

Saisissez votre nouveau mot de passe ci-dessous, puis resaisissez le pour confirmation.

Les facteurs de risques

Les facteurs de risques

Les facteurs qui influent sur le conducteur

Plusieurs facteurs influent sur l’état physique du conducteur et augmentent le risque d’accident.

alcool médicaments, fatigue, code de la route

alcool et vitesse

La première cause d’accidents mortels est l’alcool. A 0.50 g/l de sang, le risque d’accident mortel est multiplié par 2, à 0.80 g/l il est multiplié par 10.

L’alcoolémie correspond à la quantité d’alcool pur contenue dans 1 litre de sang.

Les doses

Dans les bars, restaurants et autres débit de boisson, les doses sont standardisés c’est-à-dire qu’il y la même dose d’alcool dans chaque verre quel que soit le type d’alcool.

1 verre de bière (25cl) = 1 verre de vin (10 cl) = 1 verre de whisky (3 cl)

1 dose d’alcool dans le commerce  = 10 g d’alcool

Taux alcoolémie= 0.25g par litre de sang.

Attention : servi à la maison, les doses d’alcool sont souvent plus importantes.

Les effets physiologiques de l’alcool

Les effets se font sentir dés le premier verre d’alcool : temps de réaction allongé, baisse de la vigilance, somnolence, réduction du champ visuel, équilibre perturbé, excès de confiance, mauvaise évaluation des distances…
Le pic d’alcoolémie est atteint environ 1 heure après la prise d’alcool si j’ai mangé, et 30 minutes si je suis à jeun.
Le foie élimine en moyenne 0.10 à 0.15 g/ litre en 1 heure. Il faudra donc plus de 2h30 pour éliminer un seul verre d’alcool.
Le seul moyen d’éliminer l’alcool dans le sang est d’attendre que le corps s’en charge. Aucun substitut (eau, café, boisson énergisante…) ne permet d’accélérer le processus.

La réglementation liée à l’alcool

L’alcoolémie (quantité d’alcool dans le sang) se mesure de 2 façons :
– en gramme par litre de sang (g/l),
– en milligramme par litre d’air expiré (mg/l).

Je suis en infraction dés 0.50 g/l de sang (soit 0.25 mg/l d’air expiré)
Je commets un délit dés 0.80 g/l de sang (soit 0.40 mg/ l d’air expiré)

Pendant la période du permis probatoire, un jeune conducteur est en infraction dés que son taux d’alcool atteint 0.20 g/litre de sang. Ce taux a été fixé pour tenir compte de l’alcool pouvant être présent dans l’alimentation comme par exemple dans certaines pâtisseries.
Pour autant, sachant que dés le 1er verre d’alcool, le taux peut atteindre 0.25 g/litre de sang.
La règle est simple, le jeune conducteur ne boit pas.

En cas d’infraction, j’encours :
– un retrait de 6 points,
– une forte amende,
– la rétention immédiate du permis pour 72 heures ou plus,
– l’immobilisation du véhicule.

Les moyens de dépistage

Le dépistage peut avoir lieu lors d’un contrôle de police, en cas d’accident matériel ou d’infraction. Il devient obligatoire en cas d’accident corporel ou en cas de délits routiers.

dépistage alcool

pictogrammes médicament conduite

Les somnifères, les tranquillisants, certains antiallergiques mais aussi de simples médicaments contre le rhume peuvent entraîner des pertes de vigilance, un état de somnolence ou encore une baisse des réflexes.
Trois logos triangulaires apposé sur l’emballage des médicaments permettent d’alerter très clairement sur le niveau de risque potentiel lors de la conduite d’un véhicule .

Jaune, niveau 1 : prudence, je dois lire attentivement la notice avant de prendre le volant.

Orange, niveau 2 : grande prudence, je demande l’avis du médecin ou du pharmacien avant de prendre le volant

Rouge, niveau 3 : Attention danger : ne pas conduire

Attention : l’association médicaments, alcool ou drogue, est néfaste pour la conduite. Le risque d’accident est fortement augmenté.

En France, la consommation de stupéfiant est interdite.
Conduire sous l’emprise de stupéfiants augmente considérablement le risque d’accident. On estime que 4% des accidents mortels sont causés par l’usage de drogues au volant.
La consommation alcool-drogue multiplie par 14 le risque d’accident mortel.
Les effets des drogues sont incompatibles avec la conduite : troubles du comportement, hallucinations,  augmentation du temps de réaction, estimation faussée des distance de sécurité, excès de confiance en soi…

Le dépistage peut être effectué par :
– test urinaire,
– test salivaire.

Il est obligatoire en cas d’accident corporel.
Il est possible en cas de contrôle de police, en cas d’accident matériel ou d’infraction.
En cas de dépistage possible, une vérification par prise de sang peut être réalisée.

Le cannabis

Les effets du cannabis peuvent durer de 2 à 7 heures. Cependant le THC, substance active contenue dans le cannabis est éliminée beaucoup plus lentement par l’organisme.
Pendant plusieurs jours après consommation, des traces de THC sont toujours présentes dans la salive, le sang, l’urine ou les cheveux. On peut retrouver des traces de THC dans le sang, 24 heures après la prise, et jusqu’à plusieurs semaines dans les urines, selon la périodicité et l’intensité de la consommation.

Les sanctions

La conduite sous l’emprise de stupéfiant relève du délit, les sanctions sont donc lourdes : retrait de 6 points, forte amende, 2 ans d’emprisonnement, voiture immobilisée si personne d’autres ne peut conduire, rétention immédiate du permis pour 72 heures au plus.

Au volant, je dois être attentif et en capacité de réagir rapidement.
La fatigue, la somnolence et les baisses de vigilance en générale sont néfastes pour la conduite.
Les facteurs de fatigue et de baisse de vigilance sont :
–   le manque de sommeil,
–   un trajet long et monotone,
–   un habitacle surchauffé et mal aéré,
–   une mauvaise installation au poste de conduite.

Je dois être attentif et éviter de conduire :
–   quand je ressens les signes de fatigue (bâillement, raideurs dans le dos, la nuque et les épaules, picotements dans les yeux et les paupières lourdes),
–   quand j’ai été privé de sommeil,
–   pendant les périodes où le niveau de vigilance décroit (entre 14 h et 16 h et entre 2 h et 5 h du matin).

Pour prévenir la fatigue et les baisses de vigilance, il faut :
–   Se reposer avant le départ en cas de long trajet,
–   Faire des pauses régulières, d’au moins 15 minutes si possible toutes les 2 heures. En profiter pour ventiler le véhicule, se dégourdir les jambes, s’hydrater, et si nécessaire faire une sieste d’environ 15 minutes.
–   Se relayer au volant.

Conduire demande une activité mentale importante : prendre et analyser l’information, choisir le bon comportement et le mettre en œuvre en utilisant les nombreuses commandes du véhicule.
Je dois éviter d’être distrait par des activités autres que la conduite et garder constamment mon regard sur la route.  Une seconde d’inattention et c’est l’accident !
Mon attention ne doit pas être détournée par des enfants qui chahutent, une conversation animée avec un passager, une musique trop forte…
Si je dois faire autre chose que conduire, je m’arrête !

Téléphoner au volant 

accidentologie téléphone au volant

Si je téléphone au volant, ma vigilance est fortement perturbée quel que soit le type d’appareil que j’utilise. En effet, le cerveau va privilégier l’écoute au détriment de la vue. Le champ de vision est rétrécit et le temps de réaction est allongé, ce qui augmente le risque d’accident.

Je suis en infraction dés lors que je tiens le téléphone en main ou que j’utilise un dispositif en contact avec les oreilles que ce soit pour une conversation téléphonique ou pour écouter de la musique. Je risque un retrait de 3 points et une amende de 135 euros.

A ce jour, utiliser les dispositifs de téléphone intégrés au véhicule n’est pas sanctionné. Il est cependant à noter qu’en cas d’accident corporel, le juge pourra retenir le fait d’être en conversation téléphonique comme une circonstance aggravante. Il est bien sûr très dangereux de détourner le regarde de la route. Envoyer un SMS, naviguer sur internet ou faire des photos au volant sont des activités à proscrire pendant que je conduis.

 

Utilisation du GPS

Je règle mon GPS avant de partir et à l’arrêt.
Il faut absolument garder le regard sur la route pendant que je conduis. Je ne peux pas régler mon GPS en roulant sans mettre en danger ma sécurité et celle des autres.

Les maladies

Certaines maladies diminuent les capacités motrices ou d’attention et nécessitent de passer un examen médical auprès d’un médecin agrée. Cet examen peut être obligatoire pour passer le permis ou continuer à conduire.

Les maladies concernées :
– l’épilepsie qui peut entraîner des pertes de connaissance,
– le diabète qui peut provoquer des hypoglycémies et des malaises,
– la dépendance à l’alcool ou aux drogues.

La vision

La conduite passe par l’exploration visuelle.
Pour conduire un véhicule, je dois avoir une acuité visuelle d’au moins 5/10e pour les 2 yeux (avec correction si nécessaire).
Si un œil a une acuité inférieure à 1/10e, l’autre doit avoir au moins 5/10e (avec correction si nécessaire).
Si j’ai besoin de lunettes ou de lentilles de contact et que cette mention est présente sur mon permis de conduire, je risque un retrait de point et une immobilisation du véhicule si je suis contrôlé par la police sans les porter.
Attention, les lunettes de soleil de catégorie 4 sont interdites pour conduire car elles diminuent la visibilité.

Tous les contenus de ce site sont protégés par les droits d'auteur. Toute reproduction complète ou partielle sans accord préalable vous expose à des poursuites. © 2019 CoursDeCode.com - Mentions légales  Contact

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account